SolutionsMédicales.fr
Le portail au service des professionels de santé

Les infirmiers Québécois pourront exercer plus facilement en France

    accord reconnaissance diplôme infirmier France QuebecL’accord de « reconnaissance mutuelle » des diplômes infirmiers entre la France et le Québec, signé le 13 août 2010, vient d’être modifié. Un nouvel avenant définissant les conditions d’exercice des infirmiers français au Québec et des infirmiers québécois en France a ainsi été conclu, afin de faciliter leur venue sur le territoire français.  
     

    Retour sur l’arrangement de « reconnaissance mutuelle » des diplômes infirmiers

     
    En 2010, la ministre de la santé alors en exercice a signé un arrangement permettant la reconnaissance mutuelle des diplômés infirmiers en France et au Québec. L’infirmier français ou québécois devait ainsi être titulaire d’un diplôme d’état ou du titre de formation, être inscrit auprès de l’Ordre des infirmiers de son pays et réussir un stage d’adaptation de 75 jours en milieu clinique. Cette mesure avait pour but de favoriser l’accueil des candidats, ainsi que la mobilité internationale.
     

    Amendement de cet accord de « reconnaissance mutuelle »

     
    Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Didier Borniche, président de l’Ordre national des infirmiers de France (ONI), ont signé un avenant avec Lucie Tremblay, présidente de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.
     
    Ce dernier supprime l’obligation d’effectuer un stage préalable de 75 jours sur le territoire Français avant de pouvoir exercer en tant qu’infirmier.
    Cette mesure a été jugée nécessaire au regard du nombre d’infirmiers québécois venus travailler en France depuis 2010. En effet, alors que 1 200 infirmiers français se sont rendus au Québec pour y travailler, seulement 14 infirmiers québécois ont pu venir en France. Ces derniers se sont heurtés aux règles contraignantes de l’immigration et du travail en France.
     
    Désormais, pour pouvoir travailler en France, les infirmiers québécois devront seulement être titulaires d’un diplôme de baccalauréat québécois (équivalent de la licence française), détenteurs d’un permis infirmier et être inscrits à l’Ordre québécois.
     

    Une mesure qui vise à enrichir la profession infirmière

     
    Pour Didier Borniche, le président de l’Ordre national des infirmiers de France, « la formation et les compétences des infirmières et infirmiers québécois sont d’un excellent niveau et constitueront un apport de grande valeur au sein de nos établissements et services de santé ». C’est aussi le moyen d’enrichir les méthodes de travail en France dans l’intérêt des patients et de « rendre notre système plus juste pour tous les professionnels », ajoute t-il.  


    Certaines voix s'élèvent néanmoins au sein de la profession infirmière pour interroger la correspondance entre les deux systèmes de soins, où le rôle des infirmiers est historiquement très différent. Dans tous les cas, une adaptation culturelle dans le nouvel environnement professionnel sera nécessaire afin que chacun trouve sa place et puisse apporter autant que recevoir de cet échange.


    En savoir plus sur les règles pour exercer en France en tant qu'infirmier à diplôme étranger

     

    Ecrit par: Pauline de Waele
    Article mis à jour le : vendredi 25 avril 2014

    Ces articles sont à vocation pédagogique et informative et n'ont pas de valeur légale ou réglementaire. Malgré toute l'attention portée à leur rédaction et la relecture par un collège de professionnels expérimentés, Solutions Medicales décline toute responsabilité en cas d'inexactitude ou de lacune que ces textes pourraient comporter.