SolutionsMédicales.fr
Le portail au service des professionels de santé

Scan CMV-Mediforce : le moral des professionnels de santé en 2014

    Le moral des professions libérales de santé en 2014


    SCAN CMV Mediforce 2014CMV MEDIFORCE publie depuis 2 ans une étude annuelle sur le moral des professions libérales de santé (PLS). Alors que la crise n'en finit plus, le moral de ces professions est en berne cette année encore, et ce pour la troisième année consécutive. Cette étude porte sur 493 professionnels de santé, dont les pharmaciens, chirurgiens dentistes, médecins généralistes, infirmières, kinésithérapeutes, vétérinaires, biologistes et radiologues.

     

    La perception des PLS (professionnels libéraux de santé) aujourd'hui

    Les PLS attribuent une note de 5,2/10 en moyennesur la situation actuelle de leur profession (1/3 a donné une note entre 1 et 4), ce qui reflète un profond mal-être chez ces derniers.

    Les médecins généralistes et les infirmiers sont légèrement au-dessus de la moyenne des PLS, avec respectivement 5,8 et 5,9 sur 10.
    A l’inverse, les pharmaciens et les biologistes sont ceux qui ont le moral au plus bas, avec 4,4/10 en moyenne.

     

    L’avenir entrevu : l'exercice libéral en groupe

    Certaines intentions des PLS ressortent assez nettement dans cette étude, notamment la volonté de travailler davantage en groupe et donc de fuir le travail isolé.
    Ainsi 50 % des PLS se projettent d’ici 5 ans dans un cabinet regroupant plusieurs praticiens ; le ”libéral seul” ne semble plus avoir la cote. D’ailleurs, sur les 69 % interrogés qui travaillent en libéral indépendant ou en entreprise unipersonnelle, ils ne sont plus que 52 % à souhaiter conserver ce statut dans les cinq années à venir.

    Sur la question du salariat, la proportion de PLS qui l'envisage, dans les 5 ans qui viennent, passe de 8% à 16% en 2014.

    De la même manière, les PLS se montrent moins enclins à recommander leur activité libérale à un jeune qui arriverait sur le marché du travail, puisqu’ils sont seulement 57 % versus 69% l'an passé.
    D’ailleurs, la perception du futur est plus négative qu'en 2013, avec une moyenne de 4,4/10.

    Les préoccupations des PLS : les contraintes subies

    Parmi les préoccupations des PLS, ce sont les charges et la fiscalité qui reviennent le plus souvent (94 %), puis la baisse du pouvoir d'achat des français (92 %). Ce problème sociétal pousse plus de la moitié d’entre eux (55 %) à repousser soins et traitements.
    Les contraintes fiscales, étant proportionnelles aux revenus, ce sont les radiologues qui ressentent le plus leurs effets.
    Les PLS estiment que leur revenu a chuté en 2013 : les radiologues sont 77 % à ressentir cet effet, contre 46 % en moyenne pour les autres PLS. De plus, 59 % des PLS constatent une baisse de leur chiffre d'affaires en 2013, contre 42 % en 2012.


    La concurrence : internet et le low-cost

    La concurrence est une préoccupation importante des PLS, que ce soit par le biais d’internet, des établissements low cost et franchisés, l’achat de médicaments à l'étranger ou encore le tourisme médical.
    Cette concurrence cible toutes les PLS mais principalement les pharmaciens, les vétérinaires et les chirurgiens dentistes.

     

     Les professions libérales de santé sont moroses cette année encore et cela pourrait durer un certain temps si la pression fiscale continue d'augmenter et si la concurrence se fait toujours plus présente. Le travail en groupe semble être de plus en plus un idéal à atteindre pour la grande majorité d’entre eux et la question du passage au salariat se pose de plus en plus…


    Voir nos articles sur le SCAN CMV Mediforce 2013 :


    Ecrit par: Lacroix
    Article mis à jour le : mardi 13 mai 2014

    Ces articles sont à vocation pédagogique et informative et n'ont pas de valeur légale ou réglementaire. Malgré toute l'attention portée à leur rédaction et la relecture par un collège de professionnels expérimentés, Solutions Medicales décline toute responsabilité en cas d'inexactitude ou de lacune que ces textes pourraient comporter.