SolutionsMédicales.fr
Le portail au service des professionels de santé

Ebola : la première victime française est traitée à l'hôpital Bégin

    L'infirmière française infectée par le virus Ebola reçoit des traitements expérimentaux


    Epidemie Virus EbolaContaminée lors d'une mission pour Médecins Sans Frontières à Monrovia, au Libéria, la jeune infirmière française a été rapatriée jeudi 17 septembre, et prise en charge à l'hôpital militaire Bégin, à Saint-Mandé (Val-de-Marne).


    Le rapatriement a été organisé par MSF, qui a utilisé un avion sanitaire spécial, américain et privé, pour transporter sa volontaire contaminée vers la France dans les meilleures conditions sanitaires et de sécurité possibles. Elle avait présenté les premiers symptômes du dangereux virus (fièvre, vomissements, saignements..) dès mardi, et placée à l'isolement immédiatement.

    La jeune femme a été prise en charge dès son arrivée sur l'aéroport de Vélizy-Villacoublay par les équipes spécialement préparées de l'hôpital militaire Bégin.


    La ministre de la santé Marisol Touraine a annoncé dès vendredi que la patiente bénéficiait de traitements expérimentaux de laboratoires américains et japonais, déjà disponibles pour des essais : les équipes spécialisées ont désormais le droit d'utiliser et d'administrer du Favipiravir (commercialisé par Toyama Chemical sous le nom T-705), le TKM-100-802 ou TKM Ebola (du laboratoire Tekmira), et le Z-Mapp (de Mappbiopharmaceutical Inc).


    En parallèle, le Favipiravir est également évalué et testé sur le terrain. Les équipes de recherche françaises s'organisent dans l'urgence pour évaluer les solutions disponibles le plus rapidement possible.
     

    La France se prépare à la prise en charge de patients infectés par le virus Ebola


    En France neuf établissements, labellisés ESR ou Etablissements Santé de Référence, sont habilités et équipés (notamment de chambres d'isolement de haute sécurité) pour recevoir des patients contaminés par le virus Ebola : 5 CHU (Rennes, Bordeaux, Strasbourg, Lille et La Réunion), 2 hôpitaux parisiens de l'AP-HP (Necker - Enfants malades et Bichat), un hôpital marseillais de l'AP-HM, l'hôpital Nord, ainsi que l'hôpital de la Croix Rousse à Lyon, des Hospices civiles de Lyon. Deux autres hôpitaux militaires sont équipés pour recevoir des malades infectés : l'hôpital militaire de Toulon et l'hôpital militaire Bégin de Saint-Mandé (Val-de-Marne).
    Le virus Ebola, découvert en 1976, provoquant une fièvre hémorragique, est un agent pathogène de classe 4, et se transmet par un contact direct avec les fluides (sang, sueur, salive, etc...) d'un patient affecté ou un objet contaminé directement. Son taux de létalité peut atteindre 90 %. Mais dans le cas de l'épidémie actuelle en Arique de l'Ouest, il est heureusement plus proche de 50 %

     

    Le point sur l'épidémie du Virus Ebola en Afrique


    L'épidémie a commencé en décembre 2013, mais ne s'est étendue que depuis Mars 2014. Initialement présent en Guinée, le virus s'est ensuite étendu aux pays limitrophes : Nigéria, Libéria, Sierra Leone, République Démocratique du Congo, Sénégal, sont aujourd'hui touchés par l'épidémie.

    Au 18 septembre, l'OMS recensait plus de 5500 personnes infectées, et déplorait plus de 2500 patients décédés au cours de cette épidémie sans précédent pour ce virus.

    La lutte contre l'épidémie Ebola souffre aujourd'hui d'un manque de coordination au niveau mondial, que ce soit pour coordonner les recherches au niveau international, ou la prise en charge des patients sur le terrain. Le 18 septembre, l'OMS demandait au Conseil de Sécurité des Nations Unies un budget de 1 milliard de dollars (773 millions d'euros) pour lutter contre l'épidémie Ebola.

     

     

     

    Ecrit par: Lacroix
    Article mis à jour le : mercredi 10 décembre 2014

    Ces articles sont à vocation pédagogique et informative et n'ont pas de valeur légale ou réglementaire. Malgré toute l'attention portée à leur rédaction et la relecture par un collège de professionnels expérimentés, Solutions Medicales décline toute responsabilité en cas d'inexactitude ou de lacune que ces textes pourraient comporter.