SolutionsMédicales.fr
Le portail au service des professionels de santé

20 % des médecins nés ou diplômés de l'étranger

    Flux migratoires medecins44 525 médecins nés ou diplômés à l'étranger exercent en France

    • Sur les 44 525 médecins étrangers nés ou diplômés hors de France inscrits à l'ordre, 91 % de ces médecins exercent une activité régulière, soit 40 354 praticiens toutes activités confondues.
    • 16 % de ces praticiens sont des chirugiens (spécialité chirurgicale déclarée), 43,5 % sont des médecins généralistes.
    • Près de la moité des médecins étrangers, soit 43,6 %, sont originaires du Maghreb (Algérie 25 %, Maroc 11,5 % , Tunisie 7,1 %), avec qui la France a toujours eu des rapports  privilégiés.
    • Le 4ème pays pourvoyeurs de médecins étrangers en France est la Roumanie 667 médecins sont originaires de Roumanie (ils étaient 176 en 2007 au moment de l'adhésion de la Roumaine à l'Union Européenne) et devraient être environ 2700 d'ici 2020, soit une augmentation de 377 % sur la période. Ces médecins émigrants roumains sont en grande majorité des femmes (67 %), plus jeunes que la moyenne, âgées de 46 ans en moyenne.
    • On assiste depuis début 2007 à un afflux de médecins syriens : ils sont 375 à avoir rejoint la France et à être inscrits au Conseil de l'Ordre. 
    Le profil type du médecin étranger : c'est un homme dans 63 % des cas, âgé de 52 ans et demi en moyenne, qui pratique en tant que salarié au sein d'un établissement de soins.
    Une partie importante de ces médecins sont formés et diplômés en France : c'est le cas dans 80 % des cas environ pour les médecins Algériens, Marocains et Tunisiens. la situation est inverse pour les médecins européens : seuls 11,5 % des médecins Roumains exerçant en France sont diplômés des facultés de médecine françaises.

    Ces flux migratoires de médecin ne consituent pas une réponse aux déserts médicaux

    Ils auraient plutôt tendance à renforcer les déséquilibres régionaux existants en matière d'offre de soins.
    Ce sont en effet en grande majorité l'Ile-de-France et les régions Rhône-Alpes et  Provence-Alpes-Côte d'Azur qui accueillent les médecins érangers. Ces régions sont en général déjà largement pourvues en praticiens, avec une densité médicale importante.
    En outre, la grande majorité des médecins étrangers exerçant en France sont salariés : seuls 17 % choisissent l'exercice libéral en Picardie, et 23 % en Ile de France par exemple, 
    Seuls les médecins roumains privilégient plus largement (à 62 %) l'exercice libéral.


    L'arrivée de médecins à diplôme européen ou extra-européen ne résoud donc pas les problèmes de démographie médicale dans les régions sous-médicalisées.
    Une concertation est en cours au niveau Européen (Conseil Européen de l'Ordre des Médecins, CEOM),
    et 
    Patrick Romestaing, Vice-Président du CNOM en charge de la démographie médicale européenne, appelle à une réflexion commune et à la mise en place d’une politique européenne commune en matière de démographie européenne des médecins, intégrant la mobilité et étudiants et des médecins au sein de l’Union Européenne. Il évoque comme pistes d'étude une harmonisation des numerus clausus entre les états membres et une réflexion éthique sur les conséquences des flux migratoires de praticiens (notamment la raréfaction de l’offre de soins dans les pays d’origines).    


    Médecins étrangers, découvrez les conditions pour exercer en France

     

    Ecrit par: Lacroix
    Article mis à jour le : vendredi 5 décembre 2014

    Ces articles sont à vocation pédagogique et informative et n'ont pas de valeur légale ou réglementaire. Malgré toute l'attention portée à leur rédaction et la relecture par un collège de professionnels expérimentés, Solutions Medicales décline toute responsabilité en cas d'inexactitude ou de lacune que ces textes pourraient comporter.