SolutionsMédicales.fr
Le portail au service des professionels de santé

MG France appelle les généralistes à passer la consultation à 25 € dès aujourd'hui

    Le Syndicat de médecins généralistes majoritaire, MG France, appelle les médecins généralistes de secteur 1 (la majorité) à coter leur consutlation à 25 €à partir d'aujourd'hui, vendredi 27 mars 2015, pour une durée indéterminée.


    Ils entendent ainsi se passer de l'aval de la Sécu, et mettre la pression sur la Caisse Nationale pour accélerer les négociations sur la revalorisation de la consultation.
    Le Syndicat MG France milite en effet pour la reconnaissance de la médecine générale en tant que spécialité, et mettre fin à l'injustice entre les médecins spécialistes et médecins généralistes en passant la consultation de 23 € à 25 €.

    En l'absence d'accord avec la Sécurité Sociale, ce sont donc les patients qui règleraient la différence de 2 €. Mais les médecins généralistes soulignent bien qu'ils appliqueront cette augmentation avec discernement, pour ne pas pénaliser des patients qui n'auraient pas les moyens de cette hausse.


    Les médecin généralistes réclament donc le fait que la médecine générale soit reconnue (ce quie st déjà le cas) et surtout valorisée comme une spécialité, au même titre que les autres. Par cet acte symbolique, ils relancent le débat sur la revalorisation des actes, dont la cotation n'a pas bougé depuis plus de 4 ans.


    Au-delà de la demande de cotation de l'acte MPC à 25 €, il s'agit de redonner de l'attractivité à la médecine générale, auprès des jeunes, souligne le Docteur JAcques Battistoni, secrétaire général du syndicat MG France.

    Ecrit par: Solutions Medicales
    Article mis à jour le : vendredi 27 mars 2015

    Ces articles sont à vocation pédagogique et informative et n'ont pas de valeur légale ou réglementaire. Malgré toute l'attention portée à leur rédaction et la relecture par un collège de professionnels expérimentés, Solutions Medicales décline toute responsabilité en cas d'inexactitude ou de lacune que ces textes pourraient comporter.