SolutionsMédicales.fr
Le portail au service des professionels de santé

Devenir médecin maître de stage

    Pas assez de médecins maîtres de stages pour former tous les internes

    5 388 médecins généralistes maîtres de stage, c’est bien…mais insuffisant pour assurer la formation des 10 146 internes en médecine générale actuellement en formation. Le Syndicat National des Enseignants en Médecine Générale (SNEMG)  estime qu’il faudrait environ 9 000 médecins maîtres de stages universitaires (MSU) pour accueillir ces étudiants en médecine pour leur formation en cabinet, pourtant obligatoire dans leur cursus.

    Trois stages en soins ambulatoires au cours de la formation des médecins généralistes 


    médecin maître de stageLe médecin généraliste devenu maître de stage universitaire peut postuler pour un ou plusieurs des trois stages en médecine générale ambulatoire proposés aux étudiants et internes en médecine générale :

    • Le stage de 2ème cycle, d’une durée minimale de 6 semaines à temps plein, est l’occasion de découvrir les caractéristiques des soins primaires et l’exercice de la médecine générale en cabinet libéral. Bien qu’étant obligatoire, seuls 40 % des externes en bénéficient à ce jour, faute de maîtres de stage en nombres suffisants.
    • Le stage ambulatoire de niveau 1, en 3ème cycle, d’une durée de 6 mois. Il se déroule en 3 phases pédagogiques (observation, supervision directe du médecin maître de stage, puis supervision indirecte), et vise à l’autonomie progressive de l’interne.
    • Le stage ambulatoire en soins primaires en autonomie supervisée (Saspas), d’une durée de 6 mois également, qui permet à l’interne un exercice autonome et la prise en charge et le suivi de « ses propres » patients, sous la supervision du praticien expérimenté.

    L’objectif commun de ces trois stages est tout d’abord la découverte des soins primaires, et de l’exercice en cabinet libéral. Il s’agit aussi de donner aux externes l’envie de choisir la médecine générale à la suite des Epreuves Classantes Nationales (ECN), car seuls 62 des  1000 meilleurs internes choisissent aujourd’hui la médecine générale. Et à plus long terme, leur donner l’envie de s’installer en libéral.

    Car seul un tiers de chaque promotion d’interne bénéficie aujourd’hui de 2 stages terrains au sein d’un cabinet de médecin généraliste, et n’a donc passé que 6 mois sur le terrain de la médecine de premier recours au cours de ses 9 années de formation. C’est d’ailleurs souvent la raison pour laquelle les jeunes médecins généralistes diplômés choisissent d’abord d’effectuer des remplacements en cabinets, afin de parfaire leur formation.

    Les réticences des médecins généralistes à devenir maîtres de stages


    L’un des principaux freins au développement du nombre de maîtres de stage reste la réticence des médecins généralistes eux-mêmes, qui craignent notamment l’investissement en temps à réaliser, tant pour leur formation initiale (2 jours) que pour le suivi de leur stagiaire (jusqu’à une heure par jour en début de stage, mais la prise d’autonomie est rapide, et le gain de temps pour le médecin significatif).

    Des bénéfices à court et à long terme pour le médecin généraliste

    Il s’agit pourtant d’une excellente façon de valoriser ses propres choix professionnels (l’exercice libéral), de parfaire sa formation (le jeune étudiant étant souvent très au fait de la formation académique), de transmettre sa connaissance des patients, et de trouver un collaborateur, voire à terme un successeur pour transmettre son cabinet.

    Il s’agit également parfois d’un excellent moyen de rompre avec la solitude de son exercice, et de prévenir la surcharge, voire l’épuisement du praticien. Enfin, le compagnonnage avec l’interne est une source de satisfaction intellectuelle importante.


    L’investissement pédagogique du médecin maître de stage est par ailleurs indemnisé, à hauteur de 300 € / mois pour un externe, et 600 € / mois pour un interne. Parfois, cela lui permet également de développer sa patientèle, la présence de l’interne devenu autonome lui donnant la possibilité de réaliser plus d’actes.

    Conditions pour devenir maître de stage universitaire


    Pour devenir maître de stage universitaire (MSU), le médecin généraliste doit :

    • Etre installé en cabinet libéral depuis plus de 3 ans (ou 1 an pour accueillir un externe),
    • Ne pas être en exercice particulier exclusif (acupuncture, homéopathie, etc…),
    • Demander un agrément (rédigé librement, avec motivation, sur ordonnance à son en-tête, avec numéro d’inscription à l’Ordre des médecins) auprès du Département de Médecine Générale (DMG)  et du Doyen de la faculté de médecine dont il dépend,
    • Se former activement à son exercice dans le cadre de la formation continue,
    • Se former à la pédagogie en suivant un cursus sur la maîtrise de stage.

     

    Quelques liens utiles pour devenir médecin généraliste maître de stage universitaire (MSU) : 


    Article mis à jour le : jeudi 11 avril 2013

    Ces articles sont à vocation pédagogique et informative et n'ont pas de valeur légale ou réglementaire. Malgré toute l'attention portée à leur rédaction et la relecture par un collège de professionnels expérimentés, Solutions Medicales décline toute responsabilité en cas d'inexactitude ou de lacune que ces textes pourraient comporter.