SolutionsMédicales.fr
Le portail au service des professionels de santé

Le Burn out des médecins et paramédicaux


 

Le burn out des médecins et paramédicaux, une réalité et un tabou


Au cours de leur carrière,  les professionnels médicaux et paramédicaux peuvent être exposés à des situations de burn out. Ils sont considérés comme une population "à risque " en ce qui concerne le burn-out, car empathiques et exposés à des situations d'exercices difficiles.

Le terme burn out syndrome est né de l’étude du  psychanalyste américain Freudenberger  dans les années 70, qui le définit comme un état d’épuisement  professionnel aussi bien physique, qu’émotionnel et mental.

 

Près d'un professionnel de santé sur deux menacé par l'épuisement professionnel 


La situation de burn out est de plus en plus courante en France dans les professions soignantes, puisqu’elle toucherait en moyenne 1 médecin sur 2 au cours de sa carrière.
Les professions d’aide et de soutien à la personne ont été reconnues comme étant des populations « à risque » car empathiques et exposées aux situations difficiles (maladie, mort, grande dépendance…).
Généralement, il s’agit de profils professionnels exigeants, très investis dans leur travail et qui ont du mal à exprimer leur mal être lorsque c’est à eux de prodiguer des soins. Globalement, les professionnels de santé s'écoutent peu.
 
Les médecins généralistes libéraux sont les plus touchés par l’épuisement professionnel : en 2010 selon une enquête menée par le groupe Pasteur Mutualité, sur 3 700 médecins interrogés, 86% se sentent menacés par le burn out et émettent un opinion favorable quant à la mise en place de consultations gratuites de prévention et d’évaluation.


Les masseurs-kinésithérapeutes sont eux-aussi de plus en plus exposés à des situations de burn out, de même que les infirmiers, tant libéraux que salariés. La surcharge de travail dans ces professions est clairement un des facteurs risques de l’épuisement professionnel : selon une étude de la CARPIMKO réalisée en 2008,  sur 520 kinésithérapeutes interrogés, 380 affirment exercer plus de 50 h par semaine. Les internes en médecine cumulent quant à eux, en moyenne 60 h de travail par semaine,  tout comme les médecins généralistes libéraux.


En juin 2014, une enquête de l'URPS  (Union Régionale de professionnels de santé) Ile de France - AAPML (Association d'Aide aux Professionnels de Santé et au Médecins Libéraux) révèle que 62% des infirmières et 61% des kinésithérapeutes interrogés, tous exerçant en libéral, affirment être menacés par l'épuisement professionnel (étude portée sur 854 kinés et infirmières libéraux installés en Ile de France)
 
Les médecins urgentistes, les infirmiers les psychiatres ou encore les anesthésistes réanimateurs sont également parmi les professionnels de santé les plus exposés au burn out.
 
 
Un déséquilibre permanent accumulé au fil du temps peut mener dans le pire des cas au suicide lorsqu’il n’est pas traité à temps. Les médecins sont les plus touchés par le suicide parmi les professionnels de santé, près d’une cinquantaine de médecins se suicide chaque année.
 

Les causes du burn out chez soignants

 
Plusieurs facteurs peuvent expliquer la montée du burn out chez les professionnels de santé ; la plupart des causes recensées de burn-out chez les soignants concerne la détérioation des conditions de travail :
 
  • La surcharge de travail: pour certains médecins généralistes, le nombre de consultation à la journée est bien trop élevé, ce qui entraine une surcharge de travail au quotidien. Il s’agit de la première cause du burn out.
  • La désertification médicale : les professionnels médicaux et paramédicaux installés dans des régions en pénurie de soignants se trouvent obligés d’assurer la permanence des soins.
  • La dégradation de la relation avec les patients : L’ingratitude, le manque de respect et les exigences des patients (certains n’ont plus la moindre indulgence en cas d’erreur de diagnostic ou dictent carrément la prescription qu'ils souhaitent) voire les agressions violentes.
  • Les contraintes administratives importantes, les médecins parlent d’ « excès de paperasserie »
  • Le poids financier des charges sociales et fiscales représente une véritable contrainte économique pour les médecins et pour tout les libéraux.
  • Le manque de reconnaissance de la profession, autrefois considérée comme une position sociale élevée.
  • La perte d’autonomie dans les prescriptions et actes médicaux et paramédicaux, encore accentuée dernièrement.
  • Les contraintes physiques pour certaines professions (la surcharge de travail pour un kinésithérapeute ou un dentiste peut mener à des complications physiques).
  • La confrontation à des situations éprouvantes comme la mort d’un patient, un suivi de maladie grave  ou encore un lourd secret professionnel.
  • L’isolement professionnel lorsqu’un professionnel s’installe seul, en zone déficitaire de soignants.
  • Le manque voire l’absence de vie privée.
 
Les professionnels de santé libéraux ne sont pas les seules victimes de l’épuisement professionnel, les situations de burn out apparaissent fréquemment au sein des établissements de soins, de plus en plus sous contraintes de moyens et d’efficacité. Les infirmières, les internes en médecine et les réanimateurs sont les principaux concernés, sujets à plusieurs facteurs :
 
  • La confrontation régulière à des décès de patients génère souvent une forme d’épuisement émotionnel.
  • De  nombreux hôpitaux, en restriction budgétaire se retrouvent en sous effectifs, cela engendrant une surcharge de travail pour les infirmières auquel s'ajoute la pression de la hiérarchie qui devient alors plus présente.
  • L’accumulation des heures de gardes  et l’absence du repos compensateur pour les internes. Trop de stress et de fatigue pour leur permettent d’assurer à 100% au quotidien, ils sont nombreux à se retrouver en situation d’épuisement professionnel.
  • Les conflits entre les proches de patients et les équipes médicales, concernant la prise en charge de patients.
 

Quels sont les symptômes du burn out chez les professionnels de santé ?

 
Plusieurs signaux permettent d’identifier les prémices du burn out chez un professionnel soignant :
 
  • Etat dépressif, irritabilité, énervement, sensibilité élevée
  • Troubles cognitifs
  • Sentiment de déception, contrainte et d’incapacité, perte d’estime de soi
  • Fatigue, stress, déstabilisation
  • Baisse de volonté de travailler
  • Perte d’affinité dans les relations avec les patients, donc désintérêt vis à vis de sa patientele
  • Début de pratiques addictives (alcool, tabac…)
  • Trouble du sommeil
 
Les trois composantes majeures et caractéristiques du burn out du soignant ont été décrites par le docteur Freudenberger et sont :
 
  1. L’épuisement professionnel (anxiété, perte de motivation…)
  2. La dépersonnalisation des patients (cynisme, perte d’empathie voire agressivité)
  3. La perte de l’accomplissement personnel (dévalorisation, sentiment d’incapacité)
En cas de présence de 2 ou 3 de ces caractéristiques, il faut agir vite.
 
Les professionnels de santé ont beaucoup de mal à exprimer leur souffrance pour plusieurs raisons :
  • La question du mal être pour les professionnels de santé est perçue comme un sujet tabou pour la profession "Je crois que c'est une humiliation, d'être malade. Le comble du médecin..." a confié dans l’anonymat un médecin interviewé sur France 2.
  • L’importance de conserver une bonne réputation dans le milieu médical et paramédical : une simple rumeur concernant un professionnel de santé peut avoir un impact direct sur sa patientele et sa future activité.
  • La peur du jugement des patients et des confrères entraine un repli sur soi et la crainte d’exprimer sa douleur. C'est le cercle vicieux de l'isolement.
  • L’absence de recul sur sa propre situation : le soignant ne réalise parfois pas à temps qu’il est en situation d’épuisement professionnel. Il est aussi parfois dans le déni complet.

 Le risque ultime du burn-out des soignants : le suicide

 
L’AVC (Accident vasculaire Cérébral) est un risque clair de surmenage quel qu’il soit. Le 2ème risque très important dans le milieu de la santé est le suicide.
Avec un taux de mortalité par suicide en moyenne 2,5 fois plus élevé que la population globale, les professionnels de santé sont plus exposés au suicide. Il semblerait, d’après une enquête du Conseil National de l’Ordre des Médecins que 14% des décès des professionnels de santé sont des suicides alors qu’ils ne seraient que 6% dans la population globale.
En effet, certains médecins sont tellement désemparés qu’ils ne peuvent plus demander de l’aide. Pour eux, rendre leur souffrance publique est insurmontable.
 
Ce phénomène est de plus en plus observé chez les médecins généralistes libéraux, parfois submergés par leur activité professionnelle en travaillant en moyenne 60h par semaine.
 
Un mal être qui n’est pas prêt de s’arranger à la vue d’une politique allant à l’encontre de leur besoins : actuellement les médecins sont très en colère et inquiets face au projet loi santé de Marisol Touraine. Les professionnels de santé ne se sentent pas écoutés par un gouvernement qui restreint leur liberté d’exercice.
 
 

Comment prévenir le burn out dans le milieu médical et paramédical ?

 
Il est nécessaire de prévenir le syndrome avant qu’il ne s’installe définitivement. Cela ne fait que quelques années que la maladie est vraiment reconnue chez les professionnels de santé.
 
Le Groupe Pasteur Mutualité a mis en place des « consultations de prévention et d’évaluation » dédiées aux médecins qui présentent des signes d’épuisement professionnel. Ces consultations sont assurées  par des médecins et psychologues formés pour écouter et conseiller leurs confrères dans l’anonymat et la confidentialité. Cette initiative est née des suites du colloque sur l’épuisement professionnel de 2008 qui a permis « une prise de conscience générale » sur le sujet. Ils ont également créé un site web dédié à la souffrance du soignant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consacrer du temps à sa vie personnelle est primordial. Dès que le médecin, kiné, infirmier… identifie le premier symptôme d’épuisement professionnel, il doit réagir et se faire aider :
 

  • Changer sa façon d’exercer : par exemple, ne plus faire de plage sans Rendez-vous, fermer son cabinet 1/2 journée par semaine, faire appel à un assistant ou  un collaborateur pour alléger la charge de travail, trouver un remplaçant régulier.
  • Apprendre à dire NON : aux sollicitations exagérées comme par exemple, des patients qui partent en vacances, aux organisations professionnelles auxquelles il participe et qui lui en demandent toujours plus.
  • S’affranchir du jugement : se recentrer sur ses valeurs personnelles, ce qui est important pour lui (sa famille, son équilibre…)
 

Vers qui se tourner en cas de burn out ?

 
N’ayant pas de médecine du travail, les médecins et paramédicaux libéraux doivent se tourner vers des structures spécialement organisées pour lutter contre le burn out.
L’objectif est d’accompagner les « victimes » et leurs familles.
On distingue différentes entités qui agissent auprès des professionnels de santé en difficulté : les associations d'écoute et de soutien pour les soignants et leurs familles, l'entraide ordinale établie par le Conseil National de l'Ordre des Médecins et les organisations de fonds d'action sociale qui agissent sur le plan des cotisations.
  
  • Le Groupe Pasteur Mutualité groupe mutualiste d’assurance, a mis en place une consultation de prévention et d'évaluation de l'épuisement professionnel ouvert aux professionnels de santé adhérents. En cas de difficultés, le service d'entraide (numéro unique) oriente les médecins et paramédicaux à tout moment de leur carrière vers l'un des 40 médecins de son réseau national de prévention, en toute confidentialité. Son site Souffrance du Soignant est également très complet sur le burn-out du professionnel de santé et sa prise en charge.
          Contact : Appel au 01 40 54 53 77 Mail : consultationprevention@gpm.fr
Contact : Appel possible 24h/24, 7j/7 au 0805 23 23 36 (gratuit) ou Mail :  contact@asso-sps.fr
Contact : Appel anonyme possible 24h/24, 7j/7 au 0826 00 45 80
 
  • L’APSS (Association pour la Promotion des Soins au Soignants) est née du CNOM (Conseil National de l’Ordre des Médecins), de l’ONCD (Ordre National des Chirurgiens Dentistes), de l’ordre des infirmiers, de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes et de la CARMF et permet aux médecins d’être hospitalisés en tout anonymat (en général dans une région différente de leur région d'exercice).
Contact : Appel anonyme au 0810 00 33 33  (0,28€ la minute) Mail : apss@apss-sante.fr
 
Contact : Appel au 06 08 28 25 89
 
  • Le réseau ASRA (Aide aux soignants de Rhône-Alpes) issu de l’alliance du  Conseil Régional de l’Ordre des Médecins Rhône-Alpes, des Conseils Départementaux de l’Ordre des Médecins de la région et de l’Union Régionale des Professionnels de Santé Médecins de Rhône-Alpes. ils ont établit un dispositif de prise en charge des médecins en situation d’épuisement professionnel.
Contact : Appel possible 24h/24 au 0805 62 01 33 Mail : contact@reseau-asra.fr 
 
Contact : Appel au  01 45 51 55 90 Mail : info@afem.net
 
  • L’ACOMED (Association des Conjoints de Médecins) est une association qui a été mise en place  en 1971, elle propose un soutient aux conjoints collaborateurs des médecins pour leur obtenir une reconnaissance sociale ou encore lutter contre l’isolement en cas d’activité dans une zone profondément rurale.
Contact : Appel au 01 43 31 75 75  Mail : acomed.association@orange .fr
  • Le Conseil National de l’Ordre des Médecins a mis en place l’entraide ordinale : Il s’agit d’un service confraternel, organisé pour venir en aide aux médecins victimes de burn out. Il peut s’agir de soutient moral ou d’aide financière attribué aux praticiens en difficulté.
Contact permanent au service d’entraide : 01 53 89 32 29  Mail : conseil-national@cn.medecin.fr ou wailly.severine@cn.medecin.fr
Pour contacter directement le conseil de votre région et de votre département, veuillez vous référer à la carte du CNOM.
 
Contact : Appel au 01 53 04 61 60
  
  • La CARMF (Caisse Autonome des Médecins de France) : lorsque les médecins ont des soucis d’ordre financier ou sont en arrêt de travail, ils doivent prévenir la CARMF afin de pouvoir bénéficier d’aides sous forme d’avance, de secours ou de prise en charge totale ou en partie des cotisations dues à titre obligatoire.
Contact : Appel au service des réductions de cotisation professionnelle : 01 53 81 84 64 Mail reductions.cotis@carmf.fr
 
  • La CARPIMKO  est la caisse autonome de retraite des paramédicaux. Elle intervient auprès de ses adhérents kinésithérapeutes ou infirmiers lorsqu'ils sont sujets à une situation d'épuisement professionnel.
Contact : Appel du lundi au vendredi au 01 30 48 10 00  

 

 
  • L’IRCANTEC (institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l’État et des collectivités publiques) est un fond d’action sociale qui propose des aides individuelles, des actions collectives ou des prêts individuels. Les praticiens hospitaliers cotisants peuvent donc bénéficier d’aides financières lorsqu’ils sont sujet à des difficultés au cours de leur carrière.

Contact : Appel au 0810 811 092  ou au 02 41 05 25 77 (pour les DOM et l’étranger)

 

Après le burn out, la reconstruction

Le burn out n’est pas une fatalité, de nombreux professionnels de santé ont réussi à s’en sortir et retrouver une vie professionnelle satisfaisante, après avoir enduré une période d’épuisement professionnel :
  

                
 
Les professionnels de santé exposés aux situations de burn out doivent adapter leur activité professionnelle tout en respectant leur limites physiques et psychologiques, et pour certains, prendre conscience que leur rôle est de soigner sans s’épuiser.
Retrouvez de nombreuses informations complémentaires sur le site du Groupe Pasteur Mutualité , Souffrance du Soignant


 
 
 

Article mis à jour le : vendredi 12 mai 2017

Ces articles sont à vocation pédagogique et informative et n'ont pas de valeur légale ou réglementaire. Malgré toute l'attention portée à leur rédaction et la relecture par un collège de professionnels expérimentés, Solutions Medicales décline toute responsabilité en cas d'inexactitude ou de lacune que ces textes pourraient comporter.