SolutionsMédicales.fr
Le portail au service des professionels de santé

5 conseils pour céder son cabinet dentaire

    5 conseils pour vendre son cabinet dentaire

     
    vendre cabinet dentaireDe plus en plus de jeunes dentistes optent pour le rachat d’un cabinet, que ce soit pour des raisons d’organisation pratique, de patientèle ou encore de matériel déjà existant. D’ailleurs, même si les prix ont globalement baissé, les cabinets dentaires se vendent toujours bien. La raison principale est le prix d’achat moyen qui s’avère être égal ou inférieur au coût d’une installation ex nihilo. Ainsi, si vous souhaitez vendre votre cabinet dentaire, vous devriez trouver facilement un acquéreur. Voici néanmoins cinq conseils pour vous aider à vendre votre cabinet dentaire dans les meilleures conditions possibles.
     

    1- Prendre en compte le problème du bail

     
    La patientèle étant attachée à un lieu géographique précis, il est important que votre successeur soit en mesure de s’installer dans le même local que vous. Ainsi, si vous êtes propriétaire du cabinet, vous pouvez lui vendre votre bien ou lui consentir un bail professionnel. En revanche, si vous êtes locataire, il faut vous assurer que votre bail est cessible et à défaut obtenir l’accord écrit du propriétaire du local. Quel que soit le cas de figure, vous devez être attentif à cette question du bail.
     

    2- Fixer un juste prix pour votre cabinet dentaire

     
    Il n’existe pas de tarif fixe pour les cabinets dentaires, c’est donc à vous de déterminer un prix de vente.
    En général, on établit un pourcentage sur la moyenne du chiffre annuel de recettes des trois dernières années, entre 30 à 50 %, voire plus, selon la situation du cabinet et de nombreux autres paramètres.
    Veillez également à fixer la valeur des éléments incorporels, c’est-à-dire du matériel professionnel et celle des éléments incorporels (patientèle, démographie locale, situation rurale ou urbaine, potentiel du cabinet…).
    Consulter ici notre article pour bien évaluer votre cabinet dentaire
     

    3- Rédiger un acte de vente

     
    Lorsque les deux parties se sont mis d’accord, il faut rédiger un acte de vente, soit par acte authentique (acte notarié), soit par acte sous seing privé qui n’est soumis à aucun formalisme hormis la signature. Ce dernier est rédigé sur un papier libre par le vendeur et l’acquéreur ou par un tiers dès lors que celui-ci n'agit pas en tant qu'officier public. Sa seule condition pour qu’il soit valable est d’être établi en autant d’exemplaires que de parties (il ne faut pas oublier de prévoir en plus deux exemplaires pour le conseil de l’Ordre National des Chirurgiens-dentistes et un pour les services de l’enregistrement). La mention la plus importante sur cet acte est la date de transfert de propriété, souvent établie le premier jour de l’année, du semestre ou du trimestre pour des raisons fiscales et comptables.
     

    4- Connaître les conséquences fiscales de la vente de son cabinet dentaire

     
    Il se peut que vous soyez redevable de l’impôt sur les plus-values si vous vendez votre bien plus cher que son prix d’acquisition ou de création initiale. Toutefois, vous pouvez également être exonéré d’impôt si vous respectez les conditions suivantes :
    • la branche complète d’activité doit être exploitée depuis au moins cinq ans,
    • la valeur ne doit pas dépasser 300 000 €
     

    5- Consacrer du temps à son successeur

     
    Il n’existe pas de règles permettant de savoir si votre patientèle suivra votre successeur. Toutefois, afin de rassurer un acheteur éventuel, il ne faut pas hésiter à lui consacrer du temps pour le présenter à vos patients. Cela évite également la rupture et ne donne pas l’impression que vous « cédez » simplement votre cabinet, sans avoir réfléchi sur les compétences du repreneur. De ce fait, la durée idéale de cohabitation -que ce soit dans l’intérêt de votre successeur ou celui de vos patients -est de trois mois.
    Passer le relais au cabinet : bien transmettre votre cabinet dentaire
     
    La cession d’un cabinet dentaire attire les jeunes dentistes puisqu’ils n’auront pas à attendre de se constituer une clientèle suffisante. Ils gagneront un temps précieux, environ 3 ans . Ainsi, vous devriez trouver un acquéreur rapidement, mais il vous faudra veiller  bien entendu à ce que la liberté de choix de vos patients soit respectée.
     

    Article mis à jour le : vendredi 23 mai 2014

    Ces articles sont à vocation pédagogique et informative et n'ont pas de valeur légale ou réglementaire. Malgré toute l'attention portée à leur rédaction et la relecture par un collège de professionnels expérimentés, Solutions Medicales décline toute responsabilité en cas d'inexactitude ou de lacune que ces textes pourraient comporter.