SolutionsMédicales.fr
Le portail au service des professionels de santé

Etat des lieux des Pôles et Maisons de Santé 2016


    Les pôles et maisons de santé sont des établissements de soins de  premiers recours au sein desquels les médecins, kinésithérapeutes, infirmiers et autres professions paramédicales exerçant en libéral, regroupent et coordonnent leurs activités pour améliorer le suivi des patients et leurs conditions d’exercice professionnel. Nées en 2010, les maisons de santé pluridisciplinaires s’installent comme un véritable mode d’exercice alternatif pour les professionnels de santé libéraux.

     

     

    1023 Pôles et maisons de santé actifs ou en projet


    D’après une étude menée par la FFMPS (fédération française des maisons et pôles de santé),  le nombre des Pôles et Maisons de Santé a largement cru depuis 2013 : en deux ans, 373 nouvelles structures on vu le jour. On compte donc, en mars 2015, un total de plus de 1023 Pôles et Maisons de Santé actives ou en projet, contre 929 à la même époque l’année dernière.
    Au sein de chaque  Maisons de santé  pluridisciplinaires on retrouve  en moyenne 5.1 médecins et 9.2 professionnels paramédicaux qui exercent en libéral
     
    Contrairement aux idées reçues, les maison de santé ne se retrouvent pas qu’en milieu rural: les Pôles et Maisons de Santé conservent une répartition plutôt homogène à travers la France, et seule une petite majorité des MSP (55%) sont installées à la campagne.
    cartographie des MSP mars 2015 DGOSLa  région Rhône-Alpes est la mieux dotée,  avec 88 Pôles ou Maisons de Santé, suivie de la Bretagne, qui en regroupe  84. En bas du classement on retrouve l’Alsace et la Corse, qui n’en hébergent que 7.

     

    Les Maisons et pôles de santé formés en SISA  et dotés d’un logiciel médical  labellisé 


    Parmi les Pôles et Maisons de Santé, près de 45% sont constituées en SISA (Société Interprofessionnelle en Soin Ambulatoire), forme juridique indispensable à ce jour pour permettre à la structure pluriprofessionnelle de percevoir les nouveaux modes de rémunération de la part de la Sécurité Sociale. Ceux-ci ont d’ailleurs été généralisés dans le cadre du règlement arbitral du 27 février 2015.
    Pour en bénéficier (et c’est un critère socle),  les établissements doivent être équipés d’un Système d’Information labellisé  utilisé dans le cadre du partage des informations des patients entre les professionnels de santé de la structure. Aujourd’hui, seuls  56% des Pôles et Maisons de Santé formés en SISA disposent ou sont en cours d’installation d’un logiciel médical labellisé. En effet, sur  1023 MSP, 460 disposent un SI partagé, qui est labellisé ASIP dans 60% des cas. Les structures ont jusqu’en décembre 2016 pour s’équiper d’un logiciel labellisé.

     

    L’accueil des étudiants au sein des MSP évolue plus lentement

    Le taux de MSP accueillant des étudiants en médecine  passe de 55% à 64% entre mars 2014 et mars 2015.
    En fin de compte en 2015, 180 nouvelles MSP ont ouvert leurs portes aux étudiants de santé, un bilan plutôt modéré au regard de l’évolution du nombre général de MSP.

     

    Il faut rappeler que l’accueil d’étudiants en formation (étudiants en médecine ou dans une filière paramédicale)  au sein de chaque structure est un facteur pris en compte dans l’attribution de la rémunération de la structure en tant que critère additionnel (cf règlement arbitral).
     

    Les pôles et maisons de santé prennent part au maillage du territoire 

    De plus en plus de pôles et maisons de santé travaillent en étroite collaboration avec les structures sanitaires, les services sociaux, médico-sociaux et des laboratoires d’analyses de leur territoire, ainsi qu’avec les hôpitaux publics locaux.
    En mars 2015, 616 Pôles et Maisons de Santé  déclarent travailler en concertation avec des professionnels de santé externes, contre 436 en mars 2014. Les maisons de santé s’ouvrent donc sur leur territoire, et facilitent la relation ville – hôpital.
    Elargir l’offre de soins proposée aux patients  à des spécialistes issus de l’extérieur (chirurgiens, dentistes, sages-femmes…) fait également partie des engagements à tenir d’après le règlement arbitral  dans le cadre des nouveaux modes de rémunération.

     

    Les maisons de santé, pilotes pour la télémédecine ?

    Malgré les progrès en matière de développement de la télémédecine qui est un sujet au cœur de l’actualité médicale, cette dernière  reste encore peu employée au sein des ces établissements : seules 2% des structures proposent des actes en télémédecine (en cardiologie et en dermatologie le plus souvent). Toutefois, 22 % des pôles et maisons de santé affirment avoir un projet de télémédecine à l’étude.


     
    Avec 1023 pôles et maisons de santé pluridisciplinaires sur le territoire d’ici fin 2015, ce mode d’exercice libéral né en 2010 semble répondre aussi bien aux attentes des patients qu’à ceux des professionnels de santé qui y exercent. Sans prétendre régler le problème de la désertification médicale, ce système d’exercice en groupe et en coordination apporte un début de réponse.

     



    Article mis à jour le : lundi 30 janvier 2017

    Ces articles sont à vocation pédagogique et informative et n'ont pas de valeur légale ou réglementaire. Malgré toute l'attention portée à leur rédaction et la relecture par un collège de professionnels expérimentés, Solutions Medicales décline toute responsabilité en cas d'inexactitude ou de lacune que ces textes pourraient comporter.