SolutionsMédicales.fr
Le portail au service des professionels de santé

La carte de France des masseurs-kinésithérapeutes

    On dénombre 83 619 masseurs-kinésithérapeutes dans l’ensemble de la France en 2015. Parmi ces professionnels, 66 498 sont des libéraux, une très large majorité puisqu’ils représentent 80% de la profession. Les kinésithérapeutes salariés hospitaliers sont eux 13 705 à exercer en France que ce soit dans le secteur public ou privé (incluant les ESPIC et les hôpitaux privés lucratifs) Les 3 416 autres praticiens sont salariés et  exercent dans d’autres structures comme les centres de santé, les centres de rééducation, les établissements pour handicapés ou personnes âgées
    Depuis 15 ans, le nombre de masseurs-kinésithérapeutes a fortement augmenté, bien plus vite que la plupart des autres professions de santé.
     
     
     
     

    Les masseurs-kinésithérapeutes s’implantent prioritairement dans le sud de la France et sur les zones côtières

    En France, la densité moyenne est de 123 kinésithérapeutes pour 100 000 habitants. Elle a fortement augmenté depuis 15 ans : en 2000, on dénombrait en moyenne 93 kinésithérapeutes pour 100 000 habitants

     

    Les régions du nord de la France présentent une densité de masseurs-kinésithérapeutes très basse en comparaison avec les zones du sud sur-dotées de spécialistes de la rééducation. En France métropolitaine, les 10 départements les plus dépourvus de kinésithérapeutes ont une densité inférieure à 70 praticiens pour 100 000 habitants ; parmi eux, on retrouve Mayenne, l’Oise, l’Eure ou encore l’Ain pour lesquels la dotation de kinésithérapeutes libéraux  pour 100 000 habitants est respectivement de 49.1, 49.4, 52.2 et 65.7
    Concernant les départements les mieux dotés de kinésithérapeutes, ils recensent plus de 180 soignants pour 100 000 habitants. C’est le cas de l’Hérault et des Hautes-Alpes, qui dénombrent respectivement 188.1 et 202.9 praticiens pour 100 000 habitants.
    Bien qu’une forte disparité se soit installée entre le nord et le sud de la métropole, les régions côtières demeurent davantage peuplées de soignants comme par exemple la Bretagne ou le Nord-Pas-de-Calais, en contraste avec les zones centrales du pays dont l’offre de masseurs-kinésithérapeutes reste déficitaire. L’héliotropisme est particulièrement marqué dans la profession.
     
     
     
     
     Source : DRESS
      
     

    Masseurs-kinésithérapeutes : Les chiffres à retenir :

     
    ·         83 619 Masseurs-kinésithérapeutes, dont 80% libéraux
    ·         58 % des kinésithérapeutes libéraux sont installés en cabinet individuel
    ·         L’âge moyen des kinésithérapeutes est  41,2 ans pour les libéraux et 45 ans pour les salariés.
    ·         En 2015, on enregistre une hausse de 2 913 kinésithérapeutes par rapport à 2014
    ·         Le salaire moyen net mensuel d’un kinésithérapeute salarié varie entre 1 520 € et 2 550 € selon l’expérience. Pour les praticiens libéraux, il s’élève à de 3 568 € en moyenne (source : ministère de la santé)
     
     
    La kinésithérapie est une profession qui s’est largement féminisée au cours de ces dernières années. En constante progression depuis quelques temps, le nombre de femmes masseurs-kinésithérapeutes a dépassé le nombre d’hommes (41 793 femmes et 36 259 hommes). On remarque, que les hommes sont plus nombreux dans à exercer en libéral, tandis que les kinésithérapeutes salariés libéraux sont majoritairement des femmes.
     
    Les masseurs-kinésithérapeutes constituent une  corporation jeune, la majorité (54%) ayant entre 26 et 44 ans. Plus de 5000 kinésithérapeutes de plus de 65 ans sont encore en exercice. On remarque que les kinésithérapeutes les plus expérimentés ont tendance à être salariés, tandis que les jeunes kinésithérapeutes exercent majoritairement en libéral.
     
     
     

    Le contrat incitatif masseur-kinésithérapeute incite les praticiens à s’installer en zone sous-dotées

    Il faut savoir qu’un kinésithérapeute ne peut s’installer où bon lui semble, en effet les praticiens souhaitant s’installer en libéral doivent tenir compte du nombre de praticiens déjà implantés sur un territoire. Pour cela, L'avenant n°3 à la convention nationale des masseurs-kinésithérapeutes libéraux du 3 avril 2007 propose un «contrat incitatif masseur-kinésithérapeute», qui permet l’obtention d’une aide forfaitaire à l’équipement ainsi qu’une prise en charge des cotisations sociales due au titre des allocations familiales pour les praticiens voulant s’implanter en territoires « sous dotés ».
    Comme les infirmiers libéraux, les kinésithérapeutes souhaitant s’installer en libéral en zone sur dotée en ont la possibilité uniquement en cas de départ d’un confrère... à moins de s’installer «hors convention». En effet, l’article  1.2.2 de lArrêté du 10 janvier 2012 stipule que  « dans les zones « sur-dotées », l'accès au conventionnement d'un masseur-kinésithérapeute ne peut intervenir que si un autre masseur-kinésithérapeute cesse son activité libérale dans la zone considérée ».
     
     
     
     

    Article mis à jour le : lundi 18 mai 2015

    Ces articles sont à vocation pédagogique et informative et n'ont pas de valeur légale ou réglementaire. Malgré toute l'attention portée à leur rédaction et la relecture par un collège de professionnels expérimentés, Solutions Medicales décline toute responsabilité en cas d'inexactitude ou de lacune que ces textes pourraient comporter.