SolutionsMédicales.fr
Le portail au service des professionels de santé

La carte de France des sages-femmes libérales

    La profession de sage-femme libérale est marquée par des disparités géographiques

    Les sages femmes sont peu nombreuses à exercer en libéral : en 2015, la France dénombre 21 632 sages-femmes dont seulement 3 811 exerçant en libéral en cabinet individuel ou de groupe.
    Malgré une faible proportion de sages-femmes libérales, leur nombre augmente depuis quelques années : le nombre de sages-femmes libérales a augmenté de 7% entre 2000 et 2010. Aujourd’hui, 17,6% des sages femmes pratiquent en libéral, au sein d’un cabinet individuel ou en s’associant avec des consœurs.

     

    Les sages femmes libérales en France : Une répartition hétérogène

     

    Source : DRESS

    En France métropolitaine, les sages-femmes pratiquant en libéral sont principalement implantées dans le Sud-est (région PACA et Languedoc Roussillon) et dans le Nord-Ouest (Bretagne et Pays de la Loire). Pour 100 000 femmes, on recense 45,7 et 40,8 sages-femmes dans les départements de l’Hérault (34) et la Lozère (48) des résultats plutôt élevés en comparaison avec les départements de la Nièvre, Seine St Denis ou encore le Cher (18) qui comptent respectivement 7,9, 9,9 et 11,7 sages-femmes pour 100 000 femmes. La profession est donc inégalement répartie en France, où des régions « sous dotées » de professionnels se retrouvent en pénurie de sages femmes libérales.

     

    On observe une densité de sages-femmes libérales très élevée dans les DOM TOM en comparaison avec la France métropolitaine. En métropole, la moyenne est de 26 sages-femmes libérales pour 100 000 femmes, alors que dans les DOM TOM, la densité est beaucoup plus élévée :  la Réunion et la Martinique rassemblent respectivement 68,1, 46,9 et sages-femmes pour 100 000 femmes.
     

    Les chiffres clefs de la profession de sage-femme libérale

    • Avec un âge moyen de 42,5 ans, les sages femmes libérales sont plus âgées que les sages-femmes salariées qui exercent au sein de cliniques ou d’hôpitaux, qui ont en moyenne 39,3 ans. Cela amène la profession de sage-femme à un âge moyen de 40,3 ans en 2015.
    • Le salaire d’une sage-femme libérale est plus élevé que celui d’une sage-femme salariée, elle touche près de 2300€ / mois en étant rémunérée à l’acte.
    • En France, seulement  82 sages-femmes libérales sont des hommes, que l’on appelle des maïeuticiens. Ils représentent 0,4% de la profession sage-femme libérale

     

    Les sages femmes préfèrent l’exercice individuel

    Il existe plusieurs manières de s’installer en libéral, on remarque que les sages femmes exerçant en libéral privilégient l’exercice individuel plutôt que l’exercice commun.

    Il faut savoir que les sages-femmes ne sont pas tenues d’avoir un cabinet, elles peuvent choisir de se déplacer au domicile des patientes. Elles sont cependant obligées de déclarer leur lieu d’exercice auprès de l’Assurance Maladie. Dans le cas où leur activité se déroule à domicile de la patientele, le lieu d’exercice à déclarer est le domicile personnel de la sage-femme.
     

    Le contrat incitatif « sages-femmes » pour rééquilibrer l’offre de soin

    Un contrat incitatif  a été mis en place. Il s’applique dans les zones «sans sages-femmes » ou ayant moins de 350 naissances par an, les zones « très sous dotées » et les zones « sous dotées ».
    Ainsi, les sages-femmes peuvent percevoir des aides forfaitaires à l’équipement allant jusqu’à 3000€/ an ainsi qu’une participation aux cotisations des allocations familiales  à hauteur de 5,4% du revenu net des dépassements d’honoraires.
    Ce contrat est applicable à condition que la sage-femme :

    • S’installe en libéral  sur une zone «sans sage-femme» (sauf les zones ayant moins de 350 naissances par an), « très sous dotée » ou « sous dotée » de sages-femmes libérales pour une durée minimale de trois ans.
    • Exerce 2/3 de son activité auprès de patientèle localisées en zone «sans sage-femme», « très sous dotée » ou « sous dotée ».
    • Exerce de manière groupée au sein de MSP ou cabinet pluridisciplinaires, sous forme de contrat SCP, SEL, collaboration libérale ou autre contrat de société ayant été préalablement validé par l’ordre. Les sages-femmes peuvent aussi exercer à titre individuel, à condition de faire appel à des remplaçants.
    • Perçoive des honoraires minimum à hauteur de 5% des honoraires moyens des sages-femmes.
    • Télétransmette au moins 75% de son activité

    Ce contrat incitatif  a été instauré dans le but d’aider à l’installation et  pallier à l’inégale répartition de la profession libérale, et régulariser l‘offre globale de soin.

     

    Les aides au maintien des sages-femmes libérales en zone fragile ou déficitaire

    Parmi les aides au maintien de l’activité des sages-femmes libérales,  ont été mises en place :
    Les exonérations fiscales :

    • Pour les professionnels de santé installés dans des communes de moins de 2000 habitants : les cotisations foncières des entreprises pour les professionnels de santé sont dispensées.
    • Pour les professionnels de santé installés en zone franche : l’impôt sur le revenu est exonéré
    • Pour les professionnels de santé qui participent à la permanence des soins ambulatoires : l’impôt sur le revenu lié à la permanence des soins en ambulatoire est exonéré.

    Des aides à l’investissement :

    • Le CRES (Contrat régional d’exercice Sanitaire) proposé par les ARS, qui donne la possibilité de percevoir des aides financières à l’investissement à hauteur de 50% du montant de la dépense subventionnable, et plafonnées  à 15 000 €. Le CRES permet de financer des travaux et des équipements professionnels

     

    Découvrez Carnets de sage-femme et Maia sage-femme, deux blogs de sages-femmes libérales qui témoignent de leur expérience libérale à leurs consoeurset donnent des conseils aux mamans et futures mamans.
     

     

     

     
     
     

    Article mis à jour le : jeudi 9 juillet 2015

    Ces articles sont à vocation pédagogique et informative et n'ont pas de valeur légale ou réglementaire. Malgré toute l'attention portée à leur rédaction et la relecture par un collège de professionnels expérimentés, Solutions Medicales décline toute responsabilité en cas d'inexactitude ou de lacune que ces textes pourraient comporter.