SolutionsMédicales.fr
Le portail au service des professionels de santé

Le conseil de l’ordre des médecins publie les atlas régionaux de la démographie médicale 2011

    Conseil de l'ordre des médecins et démographie médicale 2011
    Une analyse fine de la démographie médicale, au niveau des bassins de vie…

    Pour la 1ère fois, le conseil de l’ordre des médecins publie des atlas régionaux complets, qui analysent à l’échelle du bassin de vie (c'est-à-dire de la zone de vie effective des habitants du lieu) l’installation et le mode d’exercice des médecins généralistes et spécialistes. Il s’agit d’une cartographie détaillée de la situation actuelle, qui permet également une analyse fine de la situation à venir, à un niveau infra-régional.
    Ces atlas régionaux permettent de mettre en lumière les tendances médicales par région, par département, par spécialité médicale et par type d’exercice (libéral, salarié ou mixte), permettant de fait de mettre en avant les disparités entre les départements d’une même région et entre les bassins de vie réels.


    ..permettant de mettre en lumière des disparités locales d’accès aux soins à court terme

    Par exemple, si Paris concentre 47 % des nouveaux médecins inscrits en Ile de France, contre 4 % pour la Seine et Marne, une analyse plus détaillée révèle que seuls 6,7 % des nouveaux inscrits à Paris sont installés en libéral.
    L’analyse des origines des diplôme (France, hors de France et région française d’origine), permet aussi d’identifier les zones de rétention et d’attractivité, révélant que la Franche-Comté est la région qui conserve le mieux les médecins qu’elle forme, alors que la Bourgogne n’en retient que 47%. Cela permet également de dresser une cartographie des flux migratoires des jeunes diplômés en médecine.
    Par ailleurs, 41 % des nouveaux médecins inscrits à l’Ordre ont un diplôme étranger (pour 1/3 d’entre eux originaires du Maghreb, pour 1/3 d’entre eux originaires de Roumanie), avec là encore de fortes disparités géographiques. Les Ardennes concentrent la plus grande proportion de médecins étrangers dans ses nouveaux inscrits.

    Une densité nationale de 4,4 médecins généralistes pour 5000 habitants

    Si, au niveau national, la densité de médecins généralistes est de 4,4 pour 5000 habitants, l’analyse au niveau du bassin de vie permet de mettre en lueur des véritables zones en danger, comme la région Rhône-Alpes par exemple, dont 50 % des bassins de vie sont en danger à court terme. A l’opposé, la région Limousin, dont la densité est conforme à la moyenne nationale (4,6), n’a que 28 % de ses bassins de vie en danger.
    De même, l’analyse des spécialités met en lumière des risques à court terme : certains bassins de vie par exemple n’ont que des ophtalmologistes âgés de plus de 60 ans et aucun nouvel inscrit, permettant de prévoir une pénurie d’offre de soins à court terme. La Haute Normandie, région de France à la population la plus jeune, n’est dotée d’aucun pédiatre libéral…

    Moins d’un médecin sur 10 inscrit en libéral

    Le constat sur l’activité libérale est le même que les années précédentes, l’exercice libéral n’attire pas les foules, avec moins d’un nouvel inscrit sur dix, mais l’analyse détaillée montre des signes encourageants : par exemple en Auvergne, 20 % des nouveaux inscrits  sont en exercice libéral exclusif, alors que c’est historiquement une région présentant un déficit (275 médecins pour 100 000 habitants, contre 306 pour 100 000 habitants au niveau national).
    Enfin, il faut retenir que 75 % des nouveaux médecins installés en libéral se disent très satisfaits et souhaitent recommander ce mode d’exercice à leur confrère.
    Véritable outil de pilotage des territoires de santé, ces atlas régionaux devraient trouver rapidement usage, auprès des ARS notamment, chargées, dans le cadre de la loi HPST, de la mise en œuvre des politiques de santé locales.
     

    Ecrit par: Anonyme
    Article mis à jour le : mardi 15 novembre 2011

    Ces articles sont à vocation pédagogique et informative et n'ont pas de valeur légale ou réglementaire. Malgré toute l'attention portée à leur rédaction et la relecture par un collège de professionnels expérimentés, Solutions Medicales décline toute responsabilité en cas d'inexactitude ou de lacune que ces textes pourraient comporter.